Abandon. Phénomène, peste et résignation

Des visages qui portent des âmes, et qui ne viennent au monde que pour connaître la douleur, la solitude, la peur, le froid et la faim. Nous combattons les moulins à vent et cela ne finira jamais. Je suis fatigué. Nous avons perdu notre optimisme, notre espoir et notre confiance. C'est une guerre que nous menons tous les jours. Et que nous perdons aussi tous les jours.

Des messages sur les poulets circulent quotidiennement. Nous obtenons des images de nains secs de faim et gonflés de vers, et nos esprits sont en place, car nous n'avons nulle part où les mettre. Et le fait que nous voyions ces images, que quelque part nous ayons besoin d'aide et d'aide, et que nous soyons impuissants, signifie une énorme pression mentale et une consommation de l'âme que seuls ceux qui s'en soucient comprennent.

Cinq poussins sont venus d'un champ la nuit dernière. Un avec un prolapsus anal, avec un gros intestin saillant et nécrotique, opéré, renvoyé et envoyé à Vicov en famille d'accueil. Précisément à Vicov, car à Suceava personne ne nous aide avec les familles d'accueil. Les quatre autres, affamés et pleins de tiques, étaient hébergés dans la cour d'un vieil homme d'Ipotesti, où nous devions aller deux fois par jour pour les nourrir et les contrôler. Quand avons-nous le temps, si le refuge aux 300 chiens se réveille le matin et nous attend ?!

Lundi, j'avais secouru une voiture devant la voiture de Dom Polski, les deux membres cassés. Il a été opéré hier, aujourd'hui il a obtenu son congé, et maintenant nous conduisons avec lui parce que nous n'avons nulle part où l'emmener. Si on le met dans un refuge, on le tue avec le parvovirus. Il a échappé à sa vie d'un accident, en moins de deux mois, il a résisté à l'anesthésie et à la chirurgie, et nous l'avons tué comme un fou ? Les autres chiots sont hébergés dans la cour d'une dame de Burdujeni. J'en ai pris une ou deux, jusqu'à ce que j'atteigne environ 30 ans. J'ai improvisé une clôture, on l'a aidée comme et avec ce qu'on pouvait, mais la femme ne peut pas faire plus que ça. Le parvovirus est également arrivé là, car ce n'était qu'une question de temps. Et on commence à les perdre… ..

Nous avons hospitalisé des dizaines de poulets mourants dans plusieurs cliniques de la ville. S'ils n'ont pas de parvovirus, ils ont des bébés. Des poulets dont la vie dépend des filets d'infusions, bien trop petits et faibles pour combattre la maladie, qui s'éteignent sous nos yeux, et qui nous font mentalement 12/24. Des poulets à promener, à porter et à ramener des infusions, logés, et dès le début. Quand avons-nous le temps ?

Nous n'avons plus de solutions pour les poulets. Et si nous avons un surplus de quelques centaines de lei, après avoir payé toutes les dettes auprès des bureaux, nous organiserons une autre campagne de stérilisation, c'est tout ce que nous pouvons faire. Nous avons fait des campagnes ces dernières années, c'était beau et bon, les gens étaient satisfaits, nous étions épanouis, les chiens étaient castrés. Mais une campagne ne signifie qu'une goutte d'eau dans un océan.

Jusqu'à ce que nous ayons le soutien et l'implication des autorités, jusqu'à ce qu'ils réalisent que PAS abattre, entasser et entasser les chiens dans les refuges est la solution, mais la STÉRILISATION DE MASSE, jusqu'à ce qu'il y ait des campagnes massives et obligatoires dans tous les villages autour de Suceava, et de la porte de la porte, nous nous battons en vain. Avec des moulins à vent, avec une blessure incurable, avec des mentalités primitives, avec l'abandon et avec nous-mêmes. Et en plus de cela, l'ironie du sort est que pendant tout ce temps une loi est enfreinte. Celui sur la protection des animaux, dans lequel des gens intelligents écrivent depuis 2004 sur l'obligation de stérilisation, sur l'abandon et les sanctions.

Et pendant tout ce temps, des centaines de poulets naissent chaque jour. Viennent-ils par erreur ? Ou est-ce que je viens dans le mauvais monde ?

Plus d'articles

Deux pauvres chiens

Une fois, l'année dernière, un vétérinaire nous a demandé d'aider une vieille femme d'un village. Aidons-la avec ses chiens, car elle est partie

Votre plaisir est une terreur pour nous!

Il existe de nombreuses coutumes traditionnelles roumaines qui ne seront pas oubliées. Scorcova, le laboureur, la chèvre, l'ours, le laid, les chants de Noël. Les Roumains sont prudents

Panier
0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetour au magasin
      Appliquer Coupon